Callirhoe's teenage idols

Callirhoe's teenage idols

bowie.jpg
cobain-hi.jpg
lemmy-hi.jpg
morrison-hi.jpg
ramones-hi.jpg
2015
Plaque de plâtre, papier peint, photo, chewing-gum. Caissons en chêne (33 x 45 cm)

Callirhoe’s teenage idols est une transposition contemporaine du mythe de Pline l’ancien sur l’invention du dessin/sculpture.

Pline l’Ancien nous livre dans Histoire naturelle, l’histoire du potier Butadès de Sicyone et de sa fille Callirhoé.
Cette dernière, amoureuse d’un jeune homme partant pour l’étranger, entoura d’une ligne l’ombre de son visage. Butadès appliqua alors de l’argile en respectant ces contours et le mis au feu.

Ce mythe deviendra l’origine du dessin et de la sculpture.
Ainsi par cette histoire, on s’aperçoit que, né d’un transport amoureux, la représentation est corroborée avec un mouvement idolâtre, vouant l’image à un objet désiré et à un devenir anthropologique.

Cette transposition joue avec les codes culturels et stéréotypes de l’univers déployé dans une chambre d’adolescent, lieu même de l’idolâtrie : placarder des affiches sur les murs de la chambre ( eux-même généralement recouvert de papier peint ), la place importante de la musique dans la construction d’une identité forte et à contre courant et mâcher du chewing-gum.
Chacun de ces éléments concourt à ressembler à l’histoire de Pline l’Ancien où la paroi, l’ombre dessinée de l’amoureux et l’argile sont respectivement remplacés par le mur de la chambre, l’affiche de l’idole musicale et le chewing-gum.

En l’occurence, ici, les stars idolâtrées sont David Bowie, Jim Morrison, Lemmy Kilmister, Joey Ramones et
Kurt Cobain. Tous ont disparus, et symbolisent une certaine contre-culture.